Le journal RH Mon CDI

Comment définir les indicateurs de bien être au travail ?

12 avril 2019

La qualité de vie des employés est un sujet rarement abordé particulièrement au sein des entreprises industrielles et des grands groupes. La raison en est que le personnel est submergé par la quantité de travail, ou tout simplement, il s’agit d’une problématique qui suscite le silence, car elle remet en cause l’employeur. Cependant, il est indispensable de mesurer les signaux qui indiquent le mal-être chez les salariés. Nombreux sont les indicateurs de qualité de vie au travail, mais il existe cinq principaux indices qui permettent d’aborder un plan d’optimisation efficace de bien-être.

1. La variabilité individuelle sur un même contexte de travail

Chaque salarié appartenant à un département ou un groupe a ses propres réactions face aux contraintes rencontrées dans l’atteinte d’objectifs. La variabilité constitue un indicateur pertinent qui aide à comprendre la manière dont un individu perçoit le contexte dans lequel il exerce. La conception diffère, en effet, en fonction :

Une fois que les caractéristiques des employés sont prises en compte, il sera possible d’analyser les contraintes qui entravent le bonheur des salariés, et baissent, en conséquence, leur performance. Les pressions dissimulées, mais vécues par les travailleurs peuvent s’agir d’une discrimination ou d’une forme de menace au sein d’un groupe.

2. Les différentes contraintes contextuelles

Les contraintes vécues dans un contexte de travail représentent un indice de qualité de vie qui a un impact sur la santé des salariés. Il peut s’agir de pressions :

3.  Les facteurs organisationnels au niveau de management du personnel

Ce baromètre de bien-être concerne la qualité de l’intervention managériale dans la vie des employés. Il permet de voir de près l’aptitude de chaque salarié à être autonome, ou à assurer un certain niveau de qualité de travail. En revanche, la direction a sa part à prendre dans la question « performance » des employés. Existe-t-il dans l’organisation :

4.  Les étapes retraçant l’historique professionnel

Dans le cadre d’une réorganisation fréquente au sein d’une entreprise, un travailleur a l’occasion de renforcer son professionnalisme. Afin de recentrer le sujet du bien-être, il importe d’évaluer le parcours du salarié, incluant :

5. L’indicateur de CSE de chaque employé

L’indice de CSE ou compétences, santé et employabilité renvoie à interpréter l’ensemble des performances du salarié. L’analyse de cet indicateur est confiée à la fonction ressource humaine. L’observation est focalisée sur le sentiment du travailleur en tant qu humain vis-à-vis de sa situation professionnelle, ce qui influe grandement dans son énergie à exercer son activité.

Les signaux CSE incluent :

Votre entreprise travaille avec des intérims et des CDD ?

Découvrez comment la loi "Choisir son avenir professionnel" de 2018 peut vous apporter la même souplesse que l'intérim, pour des missions allant jusqu'à 5 ans.

En savoir plus