Le journal RH Mon CDI

La génération Y au travail : comprendre ses nouvelles attentes

3 avril 2019

Dans l’ensemble, les employés de la génération Y ont acquis, malgré eux, une mauvaise réputation concernant le fait qu’il soit difficile de les gérer sur le lieu de travail. Cette génération de personnes, généralement nées entre le début des années 1980 et les années 2000, est souvent qualifiée d’écho-boomers, leurs parents étant les fameux baby-boomers. Ils ont grandi à une époque où Internet est à portée de main, où les réseaux sociaux ne sont plus une nouveauté, mais une nécessité, et où être techniquement averti est plus qu’une tendance, c’est un mode de vie.

Sur le lieu de travail, les employeurs découvrent maintenant qu’ils doivent repenser certains aspects de leurs méthodes de gestion pour répondre aux besoins de cette génération en évolution rapide. Pour mieux gérer la génération Y au travail, vous devez comprendre leur façon de penser.

Le travail doit être plus qu’un salaire

Finie l’époque où les gens travaillaient uniquement pour mettre de la nourriture sur la table et un toit au-dessus de leur tête. Les jeunes d’aujourd’hui adoptent une vision plus globale, où les carrières consistent également à explorer les passions, à éveiller les curiosités et à vivre une expérience. Ils recherchent également ce qu’une entreprise peut leur offrir en termes d’avantages. Et il ne s’agit pas uniquement davantage en termes d’assurance ou de congés payés. Il s’agit de tout ce qui est esthétique, comme un bureau élégant ou l’accès aux toutes dernières technologies. D’ailleurs, une machine à café avec un design épuré et un réfrigérateur communautaire bien approvisionné peut faire la différence.

La génération Y au travail apprécie les entreprises qui suivent les tendances, qui manifestent leur gratitude envers leurs employés, non seulement par une compensation monétaire, mais également par le biais d’activités ludiques et sociales. La génération Y peut considérer ces pratiques comme banales. Par conséquent, en tant que dirigeant, conserver ces employés nécessite un nouvel état d’esprit.

La rapidité et le multitâche sont les nouvelles normes

La capacité à effectuer plusieurs tâches à la fois et à avoir une stimulation constante autour de lui est devenue la réalité de la génération Y et, curieusement, le prépare, dans une certaine mesure, à l’évolution rapide du monde dans lequel nous vivons actuellement. Bien évidemment, ce n’est pas le meilleur exemple d’une bonne éthique de travail, mais cela devrait aider à sensibiliser les employeurs à la façon de motiver les employés polyvalents que sont les personnes de la génération Y. Leur offrir la chance de se lancer dans des tâches simultanées, des succès à court terme et des promotions rapides est tout indiqué. Cependant, en tant qu’employeur, vous devez savoir ce que vous pouvez et ne pouvez pas offrir, et le précisez dès les premières étapes de l’embauche.

Génération Y : la génération « Je ne veux rien rater »

Il ne faut surtout pas oublier que la génération Y a grandi entourée par la technologie. Leur attachement à leurs smartphones et aux réseaux sociaux peut être dû au fait qu’ils veulent tout savoir et ne rien rater. Vous pensez peut-être qu’avoir autant d’actualités à portée de main peut causer une surcharge d’informations, mais il est probable que la génération Y au travail absorbe toutes ces informations, comme une éponge, tout en ayant encore suffisamment de place pour terminer un rapport, organiser une présentation et siroter une tasse de café avec des amis après le travail.

Pour conclure, en tant qu’employeur, rappelez-vous que ces employés voudront être au courant des tendances actuelles, qu’ils vérifieront probablement très souvent leurs smartphones, plusieurs fois par jour.  Rappelez-vous également qu’avec ce mode de vie, ils comprendront mieux ce nouveau monde digital. Leur permettre d’utiliser tous les supports technologiques à leur portée n’est donc pas toujours une mauvaise chose.

Votre entreprise travaille avec des intérims et des CDD ?

Découvrez comment la loi "Choisir son avenir professionnel" de 2018 peut vous apporter la même souplesse que l'intérim, pour des missions allant jusqu'à 5 ans.

En savoir plus