Le journal RH Mon CDI

Lois et réglementations : flexibilité du marché du travail

3 avril 2019

La flexibilité du marché du travail fait référence à la capacité des entreprises, en vertu des lois et des réglementations d’une juridiction, à prendre des décisions concernant l’embauche, le licenciement, les heures et les conditions de travail des employés. Les investisseurs et les institutions internationales critiquent souvent la France pour la rigidité de son marché du travail et les conséquences négatives sur ses performances économiques.

Mais avant d’entrer dans les détails, voyons d’abord ce qu’on entend par flexibilité du marché du travail.

Qu’est qu’on entend par flexibilité du marché du travail ?

Un marché du travail flexible est un marché dans lequel les entreprises sont soumises à moins de réglementations en matière de main-d’œuvre et peuvent donc fixer les salaires, licencier les employés à leur gré et modifier leurs heures de travail. Des marchés du travail moins flexibles sont soumis à davantage de réglementations, notamment des salaires minimums, des restrictions de licenciement et d’autres restrictions des contrats de travail ; les syndicats ont souvent un pouvoir considérable sur ces marchés.

Les partisans d’une flexibilité accrue du marché du travail font valoir le fait que cela entraîne une baisse du taux de chômage et une hausse du produit intérieur brut (PIB). Par exemple, une entreprise pourrait envisager d’embaucher un employé à plein temps, mais craint que ce dernier ne soit extrêmement difficile à licencier et puisse réclamer une indemnisation très élevée ou intenter une action en justice. L’entreprise choisira probablement d’embaucher des contractuels à court terme. Un tel système profite au nombre relativement restreint d’employés à temps plein occupant des postes particulièrement sûrs, mais nuit aux  employés de l’extérieur, qui doivent enchaîner des emplois précaires à court terme.

Les partisans d’une réglementation stricte du marché du travail, en revanche, affirment que la flexibilité confère tout le pouvoir à l’employeur, ce qui entraîne une main-d’œuvre peu sûre. Il faut savoir qu’aux États-Unis et en Europe, le mouvement ouvrier a vu le jour au XIXe siècle en réaction à des conditions de travail dangereuses et salissantes, à des horaires de travail extrêmement longs, à une surexploitation des employés et à des licenciements arbitraires.

La rigidité du marché du travail français

En France, la flexibilité du marché du travail repose principalement sur les travailleurs à durée déterminée et temporaire. Ces travailleurs sont moins bien payés, reçoivent moins de formation et ont du mal à obtenir un emploi permanent. Ce marché du travail à deux niveaux engendre des problèmes sociaux et économiques. Le principal contrat de travail en France est le contrat à durée indéterminée (CDI). Ces dernières années, ces contrats représentent la majorité des contrats existants, mais ne concerne qu’une proportion limitée d’embauches. En revanche, les contrats à durée déterminée (CDD) et les contrats temporaires représentent une faible proportion des contrats existants, mais la majorité des recrutements. Par ailleurs, le taux de rotation de ces contrats est en constante augmentation. La flexibilité du marché du travail se concentre donc principalement sur les travailleurs à durée déterminée et les travailleurs temporaires.

Les choses bougent !

Le président Emmanuel Macron a basé une grande partie de sa campagne électorale sur les réformes du travail, dont certaines ont déjà été mises en œuvre. Il veut changer les choses avec un plan de réforme ambitieux qui vise à apporter de la flexibilité et des avantages à ceux qui perdent leur emploi. Il s’agit principalement d’associer la flexibilité du marché du travail aux avantages accordés par l’État pour faciliter la transition d’un emploi à un autre. L’approche de Macron permet aux contrats de travail d’être négociés au niveau de l’entreprise et non au niveau national. Cela donne aux entreprises une plus grande liberté pour discuter en détail des contrats directement avec les employés et leur permet de ne plus être liées par des conventions collectives.

Votre entreprise travaille avec des intérims et des CDD ?

Découvrez comment la loi "Choisir son avenir professionnel" de 2018 peut vous apporter la même souplesse que l'intérim, pour des missions allant jusqu'à 5 ans.

En savoir plus